Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

Altercation Roselmack


Marseille, le 16 décembre 2009

Association Présence Citoyenne

67, Rue du Bon Pasteur

13002 MARSEILLE

Tel. : 06.29.46.48.51.

@ : http://djellil.blog4ever.com



COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Une altercation a eu lieu entre Monsieur Omar DJELLIL, vice-président de l'Association Présence Citoyenne, et l'équipe de tournage du journaliste Harry Roselmack.

Il était environ 10h, ce mardi 15 décembre 2009, lorsqu'une équipe de tournage arpentait la Rue Bon Pasteur dans le 2ème arrondissement.

A notre grand étonnement et regret, l'objectif de la caméra était braqué sur Harry Roselmack qui déambulait de façon nonchalante dans notre rue. Mimant une « immersion » dans le quartier de la Porte d'Aix, ce dernier était accompagné d'un individu vêtu d'une longue djellaba et d'une longue barbe.

L'obstination de ce journaliste, à discréditer notre ville, avait atteint son comble en montrant une facette négative de notre ville. Un fondamentaliste au milieu d'une zone de non-droit, le portrait de la ville peint par le journaliste allait stigmatiser et jeter l'opprobre sur notre ville.

Depuis deux ans, nous nous battons pour que la Porte d'Aix ressemble à un territoire de la République, pour que ses habitants nourrissent une appartenance forte à la République et pour que la cohésion sociale ne soit pas mise en brèche par les forces communautaristes.

Monsieur DJELLIL s'approchant de l'individu accompagnant le journaliste :

  • Question : De quel courant vous revendiquez-vous ?

Réponse : Je suis salafiste !

- Question : Souhna Wal Jamaara (nom donné au courant Salafiste traditionaliste) ?

Réponse : Non, je suis salafiste !

- Question : Salafiste Takfiri (groupe salafiste djihadiste) ?

Réponse : Je suis salafiste !

- Question : Takfiri ?

Réponse : Je suis salafiste !

L'obstination à ne pas répondre montre son approbation pour ce courant qui nourrit les intentions les plus belliqueuses contre les valeurs occidentales et la France..

Soudain, l'équipe de tournage cour au secours de l'individu en reprochant à Monsieur DJELLIL son manque de respect envers la liberté d'expression dont est en droit d'attendre chaque citoyen de ce pays.

Il ont pris fait et cause pour l'extrémiste au nom de leur profession considérant qu'aucune ingérence n'était acceptable dans le cadre de leur reportage.

Monsieur DJELLIL de répondre : Chaque républicain a une obligation morale envers notre pays comme de dénoncer et de combattre les dérives de ceux qui vouent une haine viscérale contre notre pays.

Puis Harry Roselmack a commencé à vouloir prendre la défense du salafiste en arguant que le droit d'expression était légitime et qu'ils avaient le droit de faire leur reportage à la Porte d'Aix.

S'en est suivi un attroupement de badauds et lorsque les gens ont commencé à comprendre la mise en scène du journaliste, la tension est montée d'un cran.

Devant l'hostilité des habitants à refuser d'être stigmatisé et associé à des salafistes, le journaliste à donné l'ordre à l'équipe de tournage de lever le camp.

C'est sous un déluge d'insultes et de mépris que le journaliste vedette de TF1 a quitté le site pour des horizons plus tranquilles, où il pourra paisiblement accomplir sa sale besogne.

Les interrogations de l'Association Présence Citoyenne ?

Nous pensons que ce reportage a une connotation et une portée politique. Nous soupçonnons la chaine TF1 d'avoir reçu une « commande » du gouvernement pour orchestrer une mise en scène en pleine débâcle sur le débat de l'identité nationale.


Le débat sur l'identité nationale qui, malheureusement, a glissé sur le terrain de la xénophobie est en train d'éclabousser ses auteurs. La venue de ce type de reportage serait du pain béni pour ceux et celles qui souhaitent maintenir l'actuel débat sur notre identité.

Des individus qui placent leurs fois au-dessus des valeurs républicaines, alors même que cette république leur offre la liberté de culte et de pratique, va produire un effet négatif auprès de nos concitoyens non-musulmans.

La diffusion de ce reportage à quelques semaines à peine des élections régionales tend à prouver qu'il s'agit bien d'une commande de nos gouvernants et qu'il est le fruit d'un calcul électoral.

Comment ne pas imaginer les ravages d'un tel reportage lors de sa projection à une heure de grande audience où les lois de la République sont complétement balayées par une poignée de desperados de la religion.

Le thème du reportage est « immersion » dans les milieux fondamentalistes religieux de Marseille. Or, les français de confessions juives, chrétienne ou musulmane peuvent-être de très fervents pratiquants sans pour autant appeler à la fin ou la mort de la République ou de la Laïcité.

Il apparaît d'autant plus douteux que ce n'est pas un fondamentaliste religieux qui tient le pavé haut dans ce reportage mais un véritable salafiste djihadiste qui ne trouvera surement pas son équivalent chez les autres fondamentalistes des autres religions.

Chaque année, nous voyons les forces républicaines fondre comme neige au soleil devant l'avancée du communautarisme alors est-ce le rôle d'un grand média du PAF de faire l'apologie du salafisme ?

Ce reportage, loin d'être objectif, va stigmatiser non pas les plus extrémistes de nos concitoyens mais les croyants qui ne se reconnaissent dans aucune doctrine ni suivent aucune idéologie et qui aspirent à vivre leurs fois dans un espace laïc et républicain respectueux.

Chaque jour qui passe produit son cortège de misères dans notre ville, fallait-il pour autant en rajouter une couche en donnant l'impression que Marseille est devenue le fief du salafisme et que nous ne sommes plus que des territoires perdus de la République.

Va-t-on présenter un rabbin marseillais allant tirer sur des enfants dans les territoires occupés de Palestine ou va-t-en montrer un prêtre pédophile abusant de ses ouailles pour mettre en lumière les revers de la religion.

Pourquoi ne pas parler de cet archevêque humaniste, Monseigneur PONTIER, de ces rabbins qui se battent pour le dialogue inter-communautaire ou encore de ces musulmans, si minoritaires soient-ils, qui dénoncent les dérives de leurs coreligionnaires.

La France a besoin de paix et d'une cohésion sociale forte, elle ne peut plus se payer le luxe de la division et de la haine même parfois au nom de nos propres valeurs républicaines.

N'est-il pas du devoir de chaque journaliste de participer à la bataille contre le repli identitaire et la banalisation du fanatisme politique ou religieux dans notre pays ?

Faire la promotion de deux cent individus au détriment de centaine de milliers qui ne se reconnaissent pas dans leurs doctrines, n'est-ce pas leur accorder une audience que la société civile ne leur avait pas offerte jusqu'à maintenant ?

Marseille est gangréné par la criminalité urbaine, elle s'enfonce chaque jour dans une précarité féroce et s'enlaidit dans une malpropreté qui s'éternise de jour en jour.

Oui, nos priorités sont celles-là et pas celles de Monsieur Roselmack et de ses sbires. Nous pensions qu'il était le symbole d'une diversité réussie et nous déchantons de voir un noir bidonner un reportage contre une ville et une frange de sa population.

Nous espérons sincèrement que Monsieur le Procureur de la République ne classera pas sans suite notre plainte contre Harry Roselmack et la chaîne TF1 car le scandale est à la hauteur de la machination.

Pour la Vice-Présidence                                             Pour la Présidence

Omar DJELLIL                                                Abdelkader BOUCHABA







17/02/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres