Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

Copie Monsieur KLAYMAN - BAC

Marseille, le 13 octobre 2009


Monsieur DJELLIL Omar

Vice-président

Association Présence Citoyenne

67, Rue du Bon Pasteur

13002 MARSEILLE


À Monsieur KLAYMAN

Préfet de Police
Préfecture des Bouches-du-Rhône

Boulevard Paul PEYTRAL

13282 MARSEILLE CEDEX 20

Objet / Plainte.



Monsieur Le Préfet,

Je me permets, par la présente, de porter à votre attention ces doléances concernant notre quartier.

En effet, depuis maintenant deux ans, nous nous battons, sans résultats, contre l'enracinement de la criminalité à la Porte d'Aix et dans le secteur Bon Pasteur.

L'échec de cet objectif n'est pas du fait que nous ne sommes pas, nous citoyens, en capacité d'élaborer une stratégie d'éradication de la criminalité à nos portes mais parce que les institutions qui sont en charge de la lutte contre la criminalité en faillit à leurs missions.


Je souhaite étayer mon argumentaire par plusieurs exemples qui méritent réflexions et analyses de la part de la Préfecture de Police.

Il y a deux ans, nous avons collectés un grand nombre de renseignements sur les agissements des délinquants et leurs activités subversives.

Avec le concours d'une trentaine de familles, nous avons effectué l'environnement et la collecte d'informations sur les lieux de dépôts, les noms des instigateurs à la tête des réseaux, les véhicules et les logements servant à l'hébergement des contrebandes.

Cette liste regroupant une quinzaine d'individus et leurs activités criminelles a été transmise à plusieurs services qui avaient compétences pour traiter ces dossiers.

Bilan : Les individus agissent toujours en toute impunité et nous continuons à subir le diktat de ces bandes organisées et ces clandestins qui ont instaurés une véritable chape de plomb sur le quartier.

De la délation diront certains biens pensant, nous nous appelons cela du patriotisme citoyen car croire aux valeurs patriotiques passe aussi par la lutte contre la criminalité.

Il y a deux semaines, j'ai été convié au commissariat du 2ème arrondissement par le Capitaine GRECO, homme fort sympathique au demeurant, qui souhaitait me rencontrer.

Après deux heures d'entretien, ce dernier m'a assuré que ses services allaient nous débarrasser des vendeurs à la sauvette devant le Marché Soleil devenu une véritable foire d'empoigne permanente où on ne comptabilise plus les agressions verbales et physiques.

En ma présence, le capitaine GRECO a demandé prestement à ses subalternes de dégager les vendeurs à la sauvette devant nos domiciles dès le lendemain de l'entretien.

Deux semaines plus tard, aucun équipage n'est venu renforcer ou confirmer les dires du Capitaine GRECO.

En informant les familles et les commerçants du quartier des mesures qui allaient être préconisées par la Police pour pacifier notre quartier, nous passons véritablement pour des CONS et c'est un euphémisme.

Lors de notre dernière réunion de quartier, un grand nombre de citoyens ont laissé exploser leurs colères devant l'immobilisme total des pouvoirs publics face à l'anarchie qui règne dans nos rues.

Une des personnes ayant exprimées son mécontente, une personne de 87 ans, se fera agresser à son domicile et fera l’objet de violences avec viol et d’actes de barbaries dans son propre appartement.

Nous allons effectuer un vote pour l'élaboration d'une nouvelle pétition citoyenne et l'organisation d'une manifestation devant la préfecture pour retrouver la sécurité et la tranquillité publique dans nos rues.

Les vœux pieux et les effets d'annonces ne régleront pas nos problèmes de délinquance et ne vont pas dans le sens des attentes de nos concitoyens.

Monsieur le Préfet, nous tenons aussi à dénoncer des agissements honteux au sein des forces de police qui sévissent dans notre secteur.

Il y a 2 ans, nous avions écris au Ministre de l'Intérieur, à Monsieur le Procureur de la République de Marseille et à la Présidence pour dénoncer des pratiques Marseillaises qui s'effectuaient au vu et su de tous et qui discréditaient le corps de la Police Nationale.

Nous avons été témoins, à plusieurs reprises, d'interpellations de voyous du quartier par la BAC et à la surprise générale les interpellés étaient relâchés dans les minutes qui suivaient leurs arrestations.

A plusieurs reprises, les fonctionnaires avaient soulagés les contrebandiers de leurs marchandises illicites (cigarettes, contrefaçons...) et de leurs argents sans établir aucune fiche de saisie ou les amener en garde à vue.

Il était 18h30, ce vendredi 12 octobre 2009, lorsqu'une Ford Mondéo Blanche pilée devant le 38 de la rue du Bon Pasteur. Surgissant de leur véhicule, trois fonctionnaires entrèrent dans l'immeuble pour prendre en flagrant délit un contrebandier de cigarettes.

Après une fouille des lieux, plusieurs cartouches de Marlboro étaient transportées dans la Ford Mondéo blanche et le revendeur, qui était détenteur de liquidité, s'exécuter à remettre son butin.

Cinq minutes plus tard, les policiers abandonnaient le revendeur et prirent la tangente à bord de leur véhicule sans effectuer d'interpellation du contrebandier.

Aucune fiche de saisie ne sera établie et le véhicule est une Ford Mondéo Blanche – (Immatriculée................Confidentialité)

J'ai été un des témoins oculaire direct de cette scène comme plusieurs autres où parfois des sacs pleins de baskets ou d'accessoires de contrefaçons étaient déposés à l'arrière des véhicules de la BAC qui disparaissaient en laissant derrière eux un contrebandier heureux de ne pas croupir en GAV.

Les trafiquants ne porte pas plainte car il préfère se faire soustraire un peu de marchandises et d'argents plutôt que de s'expliquer au poste ou de se voir retirer leurs cartes de séjour.

Jamais des policiers en tenues ou des membres des CRS n'ont agit de la sorte dans notre quartier, c'est toujours des civils qui se comportent ainsi.

L'image de la Police, projetait par cette minorité, est désastreuse auprès des familles qui assistent à ces comportements déviants et c'est l'ensemble de l'institution qui est stigmatisée par nos concitoyens.

Entre des voyous qui imposent leurs lois et des policiers qui, dans l'exercice de leurs fonctions, s'adonnent à ce type de sport local, nous nous demandons où est l'état de droit et la Police républicaine.

Nous avons décidé de saisir Monsieur le Président de la République, Monsieur le Ministre de l'Intérieur et la presse pour dénoncer ces « voltigeurs » qui ternissent la Maison Police.

Nous demandons le droit à la tranquillité publique et à voir une police exemplaire s'accaparer du terrain pour que nous puissions vivre sereinement dans nos domiciles.

La plus part des entrées du côté du 38 de la rue du Bon Pasteur ont fait l'objet de dégradations importantes de la part des trafiquants qui y dissimulent leurs marchandises (boites aux lettres éventrées, locaux vélos squattés, compteurs électriques destinés à dissimuler la came...)

Il y a quelques semaines, j'ai été convié par la communauté israélite de Marseille à participer aux vœux du Nouvel An juif et à la remise d'une distinction à l'organiste de la synagogue de la Rue Breteuil.

A ce moment, Monsieur le Préfet, vous aviez pris la parole pour réaffirmer que la sécurité devait être partout et en tout temps, donc acte.

Veuillez croire, Monsieur le Préfet, à l’expression de ma profonde considération.






17/02/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres