Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

La lettre du President - fevrier 2009

LA LETTRE DU PRESIDENT

 

Le chiffre vient de tomber sur les télescripteurs de l’AFP, la France ne compte que 6 % d’élus d’origines immigrés.

Cette statistique reflète une réalité française qui est celle d’une absence de représentativité évidente des « minorités » dans nos institutions.

A chaque échéance électorale, les candidats et les partis politiques prennent la peine de faire figurer sur leurs affiches la photo d’un colistier à consonance étrangère.

Après le tour de figuration, les malheureux candidats tombent dans les oubliettes dès le lendemain de l’élection.

Il en résulte qu’il n’y a en France à ce jour, aucun Député, aucun Sénateur, aucun Maire, aucun Président de région... parmi nos concitoyens d’origines étrangères.

Tous ces colistiers, que les médias et quelques hommes politiques veulent bien distinguer des « autres » par toutes sortes d’adjectifs (minorités visibles, Français de la diversité, Français d’origines étrangères, Français issus de l’immigration…) pour leur rappeler qu’ils ne sont pas Français à part entière, prennent pourtant part aux activités des différents partis auxquels ils sont affiliés.

Malgré cela, jamais ces derniers ne leur confient une responsabilité importante au sein du parti ni ne les investissent pour une élection de manière gagnable.

Cette discrimination ne concerne évidemment pas les Français originaires des pays de l’Europe ni les Français de confession judéo-chrétienne.

L’Association Présence Citoyenne, par la voix de ses représentants, revendique aujourd’hui de manière pressante et insistante le droit pour tous, indistinctement, de devenir de vrais acteurs de la vie politique et publique de notre pays.

La campagne électorale des Présidentielles de 2007 avait été animée pour la première fois de l’histoire de la République par la candidature de quatre candidats « français d’origine arabe » qui ont pris l’initiative, en dehors des partis traditionnels, de concourir pour l’investiture suprême de notre pays.

Aucun d’eux n’a pu cependant rassembler les 500 parrainages requis pour être qualifié pour le 1er tour.

La consonance de leurs noms et leurs origines ont dissuadé nos élus, habilités et habitués à parrainer des candidats « normaux ».

De plus les médias ont adopté à leur encontre une attitude discriminatoire et délibérément méprisante.

Ce qui nous fait dire que les Français de la diversité sont bons pour donner leurs voix et attirer celles de leurs semblables mais pas pour assumer de hautes responsabilités dans notre pays.

Que ce soit à l'UMP ou au PS, nos concitoyens d’origines étrangères, militants convaincus, espéraient être mieux représentés.

 

Malheureusement, Marseille est à l’image de cette tradition d’instrumentalisation des communautés.

 

La ville n’est pas épargnée par cette logique politicienne où les hommes de pailles du PS, du MODEM et de l’UMP sont érigé en représentants des communautés.

 

En réalité, les leaders de ces partis empêchent toute expression ou aspiration des candidats pour leurs communautés d’origines.

 

Pire, ils leurs imposent un discours communautariste lors des échéances électorales mais leurs dictent une attitude républicaine après l’élection.

 

Cette façon de faire de la politique est malsaine et dangereuse, elle façonne une vision dans les relations avec la République que nous réprouvons et dénonçons et combattons.

 

                                La volonté d'Agir,

La force de Réussir !

 

Association Présence Citoyenne

- 06.29.46.48.51. -




23/02/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres