Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

Lettre Ouverte Jacques DALLEST

 

Association Présence Citoyenne

67, Rue du Bon Pasteur

13002 MARSEILLE

Tel. : 06.58.00.28.09

@ : http://djellil.blog4ever.com

 

---------------------------------------------------------------------------

 

 

 

LETTRE OUVERTE PRÉSENCE CITOYENNE

 

 

À

 

Monsieur Jacques DALLEST

Procureur de la République de MARSEILLE

 

 

 

Monsieur le Procureur,

 

Marseille vient d'atteindre, une fois de plus, l'apogée de la terreur dans les règlements de comptes qui secouent notre ville depuis 2 ans et qui impliquent de plus en plus l'usage d'armes de guerre type AK47.

 

Marseille ensanglantée est complétement prise en otage par des individus déterminés et organisés qui sèment la mort violente derrière leurs passages.

 

Aujourd'hui, face au drame de la ROSE, vous avez fait un vibrant appel à la collaboration entre nos concitoyens et les services de police pour mettre hors d'état de nuire les réseaux délinquants, porteurs de morts.

 

Toutefois de telles initiatives existent à l'instar des Comité d'Intérêt de Quartier (CIQ) ou a l'instar de l'Association Présence Citoyenne qui avait incitée lors d'une campagne de sensibilisation les populations à collaborer étroitement et avait fait, grâce à son réseau, l'environnement de plusieurs secteurs de la ville en établissant des fiches de renseignements, véritables sources d'informations sur les trafiquants et leurs réseaux.

 

Ces informations avaient été transmises par notre association aux services compétents dans l'espoir de voir démantelé ces réseaux, 2 ans plus tard les mêmes voyous tiennent le haut du pavé.

 

Le collectif Trait d'Union, regroupement de plusieurs associations des 2èmes et 3èmes arrondissements, avait en partenariat avec notre association - Présence Citoyenne étant membre du collectif -, organisé plusieurs réunions sur la thématique de la sécurité publique.

 

Lors d'une de ces réunions publiques, le président de l'Association Présence Citoyenne avait informé les invités des différentes tentatives de collaborer avec la Police...réponse d'un des élus présents “cela s'appelle de la délation, c'est pas bien”, pire un des fonctionnaires de police allait soutenir ces propos parlant presque du bout des lèvres de Vichysme.

 

Il y a deux ans, lorsque l'Association Présence Citoyenne, qui était le porte-parole des bijoutiers de la Rue d'Aix, dénonçait ce que nous appelions de véritables “faits de guerre” avec utilisation d'armes de guerre, policiers et politiques nous considéraient comme des farfelus voire des illuminés.

 

Malheureusement, le contexte de violence qui frappe actuellement notre ville pousse ceux-là même qui nous ont traité d'hurluberlus à demander plus de moyens et de renforts policiers.

 

Lorsque nous dénoncions, il y a plusieurs mois dans la presse et dans nos correspondances en direction du Ministre de l'Intérieur et des institutions locales, l'explosion des vols de bijoux nous n'étions pas pris au sérieux.

 

http://djellil.blog4ever.com/blog/articles-cat-271437-304872-securite_a_marseille.html

 

Lorsque nous annoncions que les Grands Carmes étaient sous l'emprise des délinquants et qu'un drame frapperait un jour ce secteur de la ville, nous étions déconsidérés par les autorités.

 

Sauf qu'il aura fallu la défenestration d'une sexagénaire qui subissait les pressions d'une bande de voyous pour comprendre que le mal était profond.

 

Ceux-là même qui n'était traité que de "jeunes merdeux" par nos détracteurs devaient tomber quelques mois plus tard en possession d'armes de poings, d'explosifs, de plusieurs kilos de stupéfiants et de munitions de Kalachnikovs.

 

Il y a quelques mois des militants de notre réseau ont collaboré en prêtant leurs logements pour que des policiers puissent assurer des gardes de surveillances et pourtant toujours rien.

 

Nous avons amené la presse sur le terrain, nous avons été physiquement menacés, nous avons mis en lumière tous les trafics de nos arrondissements, nous avons organisés des réunions publiques, dont la dernière devait réunir 900 citoyens en colères, et pourtant nous passons notre temps à quémander des renforts que l'on réussit toutefois à trouver pour protéger les estivants et sécuriser nos plages.

 

Votre appel est louable mais il ne connaitra pas de répercutions sur le terrain tant les moyens d'interventions des policiers sont extrêmement limités.

 

Il y a quelques mois, nous avions informé les services de police de l'enfer que vivait les habitants d'un quartier du 14ème en particulier dans un bâtiment au coeur du quartier où deux étages avaient été annexés par les dealers.

 

Les occupants de ces deux étages avaient été virés par les dealers, les escaliers avaient été entravé par des caddies - donnant à l'accès l'aspect d'un véritable camps retranché -, les personnes étrangères y compris des médecins étaient fouillés et les dealers pouvaient ainsi vaquer tranquillement à leurs occupations illicites.

 

Et pourtant malgré les informations collectées sur le terrain, les dealers n'ont jamais été inquiété et ils devaient encore prendre possession d'un autre bâtiment de la cité.

 

Depuis deux ans, nous sommes engagé dans un bras de fer contre la criminalité et nous constatons, désabusé, que les criminels s'emparent de chaque parcelle de Marseille.

 

Toutes les réponses qui émanent du Ministère de l'Intérieur et de la Présidence contiennent toujours la même formule “ Nous avons pris en considérations vos doléances et nous allons saisir Monsieur le Préfet”...

 

Malheureusement pour les Marseillais, Monsieur le Préfet préférait croiser le fer avec le président du Conseil Régional plutôt que de s'attaquer à ce cancer qui ronge notre ville.

 

Le départ du préfet de Région aurait pu nous permettre d'espérer voir venir des jours moins funestes mais la dernière réponse du Préfet de Police nous a rappelée à une toute autre réalité.

 

Comme je vous l'indiquais dans ma correspondance du 17 aout dernier, la situation reste difficile dans ce secteur malgré les interventions de mes services et la solution ne saurait dépendre uniquement de l'action des Forces de l'Ordre”. (Préfet de police 10/09/2010)

 

Si le maintien de l'Ordre n'est pas dévolu uniquement aux forces de l'Ordre alors il dépend de qui ?

 

Cette phrase à un double sens :

 

Soit la police est impuissante alors il serait peut-être temps d'envisager la création de milices populaires comme l'exprime de plus en plus un grand nombre de nos concitoyens dans nos réunions publiques, ce qui nous semble excessif mais de plus en plus envisageable vu la recrudescence des mitraillages dans la ville.

 

Soit le Préfet de Police nous annonce en filigrane que la Justice ne fait pas son boulot (sic)...

 

Nous croyons qu'il serait temps de limiter les opérations séductions avec la presse ou les effets d'annonces sans lendemain pour s'atteler à lutter efficacement contre ces faiseurs de morts.

 

Dominique DE VILLEPIN (Premier Ministre) déclarait en octobre 2006, après l’incendie d’un bus, à Marseille : « Je demande à tous les témoins (…) de se faire connaître. Ils ont désormais la possibilité de le faire sous X, c’est-à-dire de façon anonyme ».

 

Le témoignage sous X, vu le fiasco du procès des quatre jeunes, accusés d’avoir pris des policiers pour cible, pendant les émeutes en 2007, à Villiers-le-Bel ou encore lors des récents évènements de Grenoble, nous laisse perplexe et interrogateur sur le procédé.

 

La question n'est pas d'être sous X ou Y, la véritable question qu'il faut se poser c'est : avons nous les moyens pour éradiquer le fléau des violences dans notre ville ou la capacité d'endiguer le flot des morts ?

 

La réponse est NON !

 

Donnez les moyens et la motivation aux policiers de cette ville de combattre ces meurtriers et vous verrez que la lutte anti-criminalité portera rapidement ses fruits.

 

Il faudra aussi arrêter de penser la lutte contre l'insécurité avec la notion de droit de l'Homme parce que les mitraillages n'intègrent pas cette notion philosophique.

 

Il faudrait peut-être un second DALLEST à la tête de la Préfecture pour marquer des points contre les criminels.

 

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le procureur, l'expression de notre profonde considération.

 

Marseille, le 20 novembre 2010

 

Association Présence Citoyenne



21/11/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres