Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

Marseille et ses CIQ


 

Je voudrais, par le biais de cette correspondance, renouveler mon constat pour mettre en lumière les besoins et les manques sur le centre-ville mais aussi à rappeler le rôle positif des CIQ qui ont su faire de la proximité et de l'écoute un élément essentiel de la concertation locale.

L'accueil, première priorité pour Marseille

De par son histoire, Marseille est une ville réseau, un point de croisement sur un réseau de communication.

Ce ne sont pas seulement les marseillais qui sont concernés par la problématique de l'accueil mais il y a tous ceux – et leurs familles – qui viennent y travailler sans y habiter.

Au total, plus de 80.000 habitants résident dans la zone d'attraction de Marseille et les pics d'affluences et de fréquentations peuvent atteindre 300.000 personnes rien que sur la seule zone de passage qu'est la Canebière.

Le centre-ville doit donc donner aux visiteurs et aux habitants le sentiment que l'on s'est effectivement occupé de leur venue, qu'ils sont reçus par la ville.

Concernant la venue de nouveaux habitants, on devrait tenir compte de la hauteur du bâti existant, de la qualité ou non de l'habitat bas et de la perception d'ensemble des îlots environnants.

Le centre-ville est un lieu d'exception à vivre au quotidien qu'il faut montrer et rendre différent du reste de la ville, un intra-muros singulier. Le centre-ville peut devenir un lieu où l'on aura envie de venir et rester, un écrin dans la ville.

Je pense que chacun devrait trouver en centre-ville tout ce dont il a besoin pour se distraire, se cultiver, consommer, se loger…

C'est à ce titre que je plaide pour une nouvelle qualité urbaine pour le centre-ville.

Inventer une nouvelle qualité urbaine

Une réflexion pour permettre d'inventer une nouvelle qualité urbaine pour nos espaces publics doit voir le jour. Cette qualité doit être sensible, perceptible en journée et en soirée à chaque saison.

Cette réflexion peut être inscrite dans le Projet urbain adopté en 2004 qui fixe les ambitions de la ville jusqu'en 2019.

Nous pouvons accroître davantage l'attractivité de la ville pour le bien être des marseillais, et redonner au centre-ville du dynamisme, de la chaleur et de la convivialité.

Souvent, les villes recherchent une image d'elles-mêmes. Marseille la possède. C'est un atout extraordinaire que la ville a particulièrement bien mis en évidence avec la célébration du 2600ème  anniversaire de la fondation de la cité phocéenne.

Marseille devrait poursuivre son développement de façon cohérente et faire du centre ville, un espace partagé.

 L'hyper-centre 

L'image de Marseille est liée au neuf, c'est une « ville nouvelle ». C'est donc un patrimoine très particulier qui devrait être accueillant, confortable, attentionné et soigné.

Je pense que sur un certain nombre de chantiers en cours, la ville devrait décidé d'introduire une nouvelle qualité urbaine en utilisant des matériaux plus nobles, tels que le granit pour les trottoirs et le traitement de certains carrefours.

Les rassemblements et manifestations doivent être mieux accueillis, les promenades devraient y être définis par une végétation fleurie.

Le centre-ville doit être rendu accueillant à tous les modes de déplacements. L'accessibilité aisée pour les voitures serait maintenue et la circulation de transit reportée sur les boulevards et les rocades ; la vitesse et l'ambiance routières devront être diminuées, ce qui permettrait de mieux organiser des modes de déplacements doux ; un tissu continu irriguerait progressivement les rues du centre-ville.

De telles mesures pourraient être en mesure de raccorder la totalité du circuit commercial, des services et des activités, de reformer un centre-ville unifié, un «hyper-centre», porteur d'une aura digne de la seconde ville de France, une « acropole républicaine ».

Les CIQ, partenaires de la concertation

Un projet de ville ne se fait pas sans une implication forte des habitants et des décideurs. Pour réussir, ce projet doit être porté par le plus grand nombre. C'est nécessairement un projet partagé, en particulier lorsqu'il s'agit de requalifier un centre-ville, c'est-à-dire en changer l'image et le vécu.

Fidèle à sa réputation de ville toujours active en matière de démocratie participative, Marseille ne peut lancer un tel projet sans y associer les acteurs des CIQ.

Les CIQ, qui ont notamment entamé un processus de réflexion auquel les habitants et les commerçants de Marseille sont associés, doivent bénéficier du soutien et de l'écoute des responsables politiques et des élus.

À chaque occasion, il faut réunir de larges audiences pour des réflexions, des débats, des quinzaines de l'urbanisme et autres cafés ou visites d'architecture, afin de mobiliser toutes les intelligences au service du projet que nous voulons construire avec et pour les marseillais.

Il est évident qu'il faut élargir et améliorer le partenariat qui lie les CIQ à la mairie de secteur du 1/7 pour donner un nouveau souffle à nos actions communes et penser ensemble la ville de demain

La redynamisation du Centre-ville commence dès aujourd'hui, et avec vous.


                                                                                                               Omar DJELLIL


 
 



30/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres