Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

Plan de nettoiement Belsunce

Plan de nettoiement du secteur Belsunce

 

La malpropreté est une véritable atteinte à la qualité de la vie. Elle enlaidit Marseille, dégrade l'espace public et crée de l'insécurité.

Pour rendre le secteur Belsunce plus propre, je souhaite proposer un plan d'action global, que je nommerais plan de nettoiement.

Ce plan prévoit:

l       La mise en place d'un comité d'accompagnement constitué de citoyens

l       Une sensibilisation pédagogique et éducative ;

  l       Augmentation des corbeilles urbaines ;
l       Le renforcement des mesures de lutte contre l'insalubrité publique ;

l       Réajuster nos moyens de répressions pour ceux qui continuent à ne pas respecter les normes en matière de propreté ;

l       Des moyens matériels et humains supplémentaires pour accomplir efficacement le nettoyage des rues ;

            l       Conclusion.

 Le comité d'accompagnement 

Ce comité d'accompagnement aura comme vocation de créer une synergie avec les CIQ, les établissements scolaires et les commerçants.

Sur le long terme, ce comité d'accompagnement devrait apporter une amélioration en terme d'informations en direction des habitants et des partenaires du secteur.

A la suite de la mise en place de ce comité d'accompagnement, je souhaiterais proposer la nomination d'un « Coordinateur du cadre de vie » pour le secteur Belsunce qui sera chargé de veiller au respect de la qualité de l'espace public et tout particulièrement de la propreté.

Maillon de proximité en contact avec les habitants sensibles aux questions de propreté et soucieux de s'impliquer pour réussir collectivement le pari de rendre Marseille plus propre.

Il deviendra un véritable relais d'informations et de signalisations des anomalies et coordonnera la réponse aux dysfonctionnements détectées ou signalées. 

La Ville de Marseille pourrait aussi lancer un appel à la mobilisation des marseillais en proposant à ceux qui le souhaitent de devenir des « Coordinateur du cadre de vie ».

Le Comité d'accompagnement entretiendra un contact privilégié avec les services de la Ville de Marseille et de MPM.  Force de signalements et de propositions, il constituera un des chaînons du dispositif de contrôle et d'évaluation de la propreté de la ville. 

         Pour une meilleure prévention, l'éducation

L'autre volet que je souhaiterais développer est celui de la sensibilisation. En effet, le comité d'accompagnement sera aussi habiliter, en partenariat avec les mairies de secteur et centrale et la communauté urbaine, à programmer une campagne d'informations dans les établissements scolaires. 

Cette campagne visera à sensibiliser les petits marseillais sur l'importance de 7 gestes qui permettent de garder la Ville Propre :

l       Dans la rue, je dépose mes déchets dans les corbeilles.
 

l       Je ne jette pas mes déchets par la vitre de ma voiture ou par la fenêtre de

mon logement. 

Je dépose mes déchets ménagers dans la poubelle ou le sac.

l       Je trie mes déchets pour en faciliter le recyclage.

l       Dans la rue, je ramasse toutes les déjections de mon chien.

l       Je sors mes poubelles le bon jour et les rentre dès le ramassage.

l       Je dépose les déchets encombrants ou polluants dans une déchetterie.

Cette sensibilisation à la propreté de l'espace public accompagnera toutes les campagnes de propreté publique.

Qu'elles portent sur les dépôts d'immondices, sur les poubelles ou sur les chiens, ces campagnes de sensibilisations invite les habitants à respecter les efforts fournis par les cantonniers pour rendre notre commune encore plus propre.

Sous forme de petits dépliants ludiques faisant le point sur les petits gestes qui permettent de garder la ville propre (jeter ses déchets à la poubelle, sortir et rentrer ses poubelles le bon jour, avoir le réflexe déchetterie...), nous pourrions déjà effectuer un travail de prévention en amant.

A l'instar des bus de la RTM, les camions propreté, circulant quotidiennement sur l'ensemble de la Ville, pourraient être relookés pour devenir les supports permanents des affiches de

 sensibilisation aux petits gestes propreté.

         Accroître le nombre des corbeilles urbaines

La Ville de Marseille devrait concéder à l'installation de 250 corbeilles à papier supplémentaires sur le secteur Belsunce / Canebière : 150 rigides de 90 litres et 100 en plastique transparent, de type Vigipirate, d'une contenance de 100 litres.

Elles seraient disposées tous les 50 mètres en des points sensibles (restaurateurs, primeurs...) et disponible sur les deux plus importants secteurs du centre-ville.

         Renforcement des mesures de lutte contre l'insalubrité publique


Il serait temps de mettre en place des opérations de nettoyage ciblées. Il faudrait qu'une fois par semaine le secteur Belsunce puisse faire l'objet d'un nettoyage accru et complet (enlèvement de tags, nettoyage à fond des trottoirs et de la chaussée…).

Cette opération ciblée serait une prestation de maintenance qui serait assurée sur le secteur Belsunce / Canebière de façon permanente en tant que zones à forte fréquentation.

Le cours Belsunce devrait être  lavé tous les deux jours mais aspiré deux fois par jour au moins aux heures de la fin de matinée et de la fin d'après midi.

Pour lutter contre les déjections canines, la Ville devrait mettre à disposition des habitants, par le biais de distributeurs, des sacs en matière biodégradable pour ramasser les déjections.

Ces distributeurs seraient implantés dans les secteurs les plus touchés.

Il faudrait créer des allées ou des zones à chien, là où la nécessité nous l'impose pour ne plus voir nos espaces verts pollués par ces déjections.

La ville comme la Communauté Urbaine pourraient embaucher de nouveaux agents en contrat d'accompagnement vers l'emploi (CAE) qui renforcerait les équipes de cantonniers existantes.

Le fléau des tags devrait devenir une priorité municipale et il est important de diversifier les techniques de suppressions. Nous devons effectuer le recouvrement des tags par un enduit à chaux (la chaux, que l'on mélange à de l'eau et que l'on pigmente ensuite à la couleur demandée).

Cette méthode serait une alternative à l'enlèvement par hydrogommage avec un karcher à haute pression, qui a tendance à endommager les façades traitées.

Je milite aussi pour la création d'un fichier d'identification des tags. En effet, les tags sont de véritables signatures laissées par leurs auteurs, c'est une emprunte qui devrait être contenu dans un fichier spécifique.

Comme les fichiers ADN, le fichier TAG pourrait facilement permettre de confondre les auteurs de ces infractions et permettre le dédommagement rapide de leurs victimes.

Si la liberté d'expression est un droit légitime et reconnue, il n'en est pas de même pour l'affichage sauvage.

Nous pourrions dénoncer l'insuffisance des panneaux d'affichage libre mais certains secteurs de la ville sont complètement défigurés par l'omniprésence de ces affiches. Il faut qu'un agent assermenté  contrôle l'affichage sauvage, qu'il prenne des photos de manière à constater les faits.

Ensuite, qu'il rédige un procès-verbal à hauteur de 15 euros par affiche, et établisse une facture d'enlèvement d'office soit à l'afficheur, soit à l'organisateur de la manifestation, soit au bénéficiaire.

Il est urgent de revoir les fréquences de passage des cantonniers dans l'hyper-centre car il n'est pas évident de s'apercevoir du passage ou non passage des cantonniers.

Mettre en place l'accompagnement des agents de maîtrise par des membres de CIQ pour améliorer l'échange et l'information sur le travail des cantonniers.

Il faut mettre en place des conteneurs plus volumineux et en plus grands nombre dans les secteurs les plus « salinogénes » et obliger les commerces qui disposent de suffisamment d'espace (grands commerces, restaurants...) à s'équiper de conteneurs adéquats.

Nous devons réorganiser les heures de sorties des poubelles pour les particuliers afin de limiter les présences intempestives d'immondices sur le domaine public et les encombrements des trottoirs.

Prévoir l'implantation de trois toilettes publiques (Cours Belsunce, Haut et Bas de la Canebière). Il suffit de circuler dans ces secteurs pour savoir que ces toilettes apporteraient un plus à la ville de Marseille.

Réajuster nos moyens de répressions

Aucune prévention n'est bonne si elle n'est pas accompagnée d'un peu de répression. Sans allait jusqu'à prôner la tolérance zéro pour ceux qui continuent à ne pas respecter les normes en matière de propreté, il est important de marquer des limites à ne pas franchir.

Toute infraction doit faire l'objet d'une contravention mais il est capital de palier à nos propres défaillances.

Certains commerçants se plaignent que les pouvoirs publics sont défaillants sur cette question de la propreté, à tort ou à raison, le constat est là.

Mais il faut aussi dénoncer l'incivisme de certains commerçants et habitants  et y répondre de façon ferme et rapide pour prévenir tout débordement.

Je plaide pour une hiérarchisation des sanctions selon la gravité des faits et ne pas opter pour la répression à tout va qui va créer une situation conflictuelle avec les marseillais.

Je souhaite entamer une concertation collective sur ces individus qui sillonne notre ville avec des poussettes et qui font main basse sur nos containers poubelles. Ces derniers, dans l'espoir de vendre le fruit de leurs razzias,  finissent par abandonner leurs marchandises sur la voie publique.

Tout comme les vendeurs à la sauvette qui jettent les sachets d'emballages de leurs produits, ils contribuent à la dégradation de l'espace public et à l'image de Marseille.

Des moyens matériels et humains supplémentaires et adaptés

Nous devons réadapter nos moyens de nettoyage. Il existe différentes manières de pratiquer le nettoyage d'une surface. Il nous faut tenir compte de l'origine des salissures à éliminer.

Parfois, les cantonniers donnent l'impression de ne pas adapter le matériel aux salissures qu'il faut

traiter. Après un passage, les salissures sont toujours présentes et parfois même après plusieurs passages.

Pour les salissures non adhérentes, il faut effectuer un dépoussiérage. Trois possibilités : le balayage à sec, le balayage humide et l'aspiration.

Pour les salissures adhérentes, un lavage est nécessaire. Pour ce faire, on effectue soit un lavage manuel ou un lavage mécanisé avec l'utilisation d'une auto-laveuse ou d'une monobrosse.

L'amélioration de la propreté à Marseille passe par une modernisation de nos équipements. Il faut donc réaliser des investissements durables et innovants, par l'acquisition de matériel dernière génération.

Il faut doter les agents du nettoiement de moyens matériels et humains supplémentaires pour accomplir efficacement leurs tâches.

Je voudrais que les quartiers du centre-ville puissent bénéficier d'un équipement approprié et efficace pour l'entretien des zones à forte fréquentation.

Il faut  équiper le secteur Belsunce / Canebière  d'un Glutton, c'est à dire un aspirateur de trottoir mobile, permettant un entretien plus efficace des zones piétonnes et d'un nettoyeur eau chaude haute pression.

          Conclusion

L'insalubrité publique à Marseille n'est pas une fatalité car elle est la conséquence d'une absence de réponses adaptées à la situation.

Il est vrai que ce sont des idées faciles à mettre en place mais elles ne le sont pas faute de volonté.

Mon Plan de nettoiement du secteur Belsunce s'articule selon trois axes :

D'abord, se donner les moyens d'être plus propres - plus de corbeilles, plus de sanitaires, des nettoyages plus fréquents -,

Ensuite, inciter nos concitoyens à plus de responsabilité individuelle par l'information et la pédagogie mais aussi par le contrôle et la sanction,

Enfin, améliorer le service de la collecte, en lien avec la Communauté Urbaine - qui en a la charge – et notamment informer nos concitoyens sur les avantages d'une véritable politique  du tri sélectif à domicile pour la propreté de Marseille.

Ensemble, nous pourrions améliorer le balayage quotidien des voiries communales  ainsi que leurs entretiens, s'assurer plus souvent de la vidange des corbeilles urbaines  et combattre efficacement l'explosion des graffitis sur les commerces et façades d'immeubles de Marseille.

                                                                                   

                                                                                Omar DJELLIL


30/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres