Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

Sondage Tramway - Rue de Rome

ENQUÊTE D'OPINION

 

 

TRACÉ DU TRAMWAY

 

 

 

 

 

SECTEUR RUE DE ROME

 

 

METHODOLOGIE

 

Étude réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 82  responsables de commerces* de la rue de Rome, Marseille 13001.

 

Commanditaire : Omar DJELLIL

 

Élaboration :  Association « Presence Citoyenne
 

Mode d’interrogation : L’échantillon a été interrogé par un membre de l’association « La Marche à Suivre » en démarchant directement les établissements commerciaux des interviewés.

 

Support du sondage : Nous avons élaboré ce sondage sur la base de 8 questions qui traitent de l’aspect général de la rue de Rome et du tracé du Tramway.

 

Dates de terrain : Les interviews ont été réalisées du 10 au 20 octobre 2008.

 

* La notice de cette enquête est consultable auprès de Monsieur Miloud BOUALEM, Délégué Communautaire à MPM Marseille. Nous avons souhaité estampiller nos questionnaires du tampon de l’enseigne ainsi que de la signature du responsable du commerce pour optimiser la crédibilité de ce sondage.

 

 

UNE FRÉQUENTATION EN MUTATION

 

 

Question : Pensez-vous que le taux de fréquentation est en hausse dans la rue de Rome ?

 

 

27 commerçants sondés pensent que le taux de fréquentation est en hausse contre 50 qui affirment que la fréquentation est en nette diminution.

 

5 commerçants considèrent ne pas pouvoir s’exprimer sur le sujet, estimant ne pas porter de jugement sur la question.

 

Il est important de marquer une distinction entre taux de fréquentation et augmentation du C.A. des commerçants qui sert parfois de point de référence et qui risque de provoquer une confusion entre les deux aspects.

 

Les magasins Discounts qui connaissent une augmentation du C.A., en raison de prix attractifs qui défient toutes concurrences, voient plutôt l'évolution vers le haut.

 

Alors que les commerces traditionnels, qui voient chuter leurs C.A., ont le sentiment que la fréquentation est en forte diminution.

 

 

UNE DISCRIMINATION TERRITORIALE DENONCEE

 

 

Question : Constatez-vous un manque d’attractivité commerciale ?

 

67 commerçants sondés souhaitent une plus grande attractivité de la rue de Rome contre 15 commerçants  qui pensent que la situation actuelle dans la rue de Rome est satisfaisante.

 

Un sentiment de discrimination est prédominant chez les commerçants de la rue de Rome qui se sentent, en termes de luminaires et d’animations, victime de la politique d'animation de la rue St Ferréol et de la Canebière.

 

Se désignant comme zone à haute fréquentation, les commerçants réclament une égalité de traitement à l’instar des autres secteurs de la ville en particulier en période de fin d’année où l’insuffisance en animation lumineuse est décriée.

 

Pour étayer l'argument de cet abandon, une grande partie des commerçants nous font observer qu'ils ont installé, à leurs frais, des spots lumineux pour éclairer leurs façades.

 

Cette initiative est liée au fait que la rue de Rome est quasiment plongée dans la pénombre par manque d'éclairage. Ce facteur négatif participe à la chute de la fréquentation en particulier en période hivernale.

 

 

LA CRAINTE DE LA DESERTIFICATION ECONOMIQUE

 

 

Question : Serait-il important de favoriser l’implantation de nouvelles enseignes commerciales dans la rue de Rome ?

 

 

67 commerçants sondés aspirent à l'implantation de nouvelles enseignes commerciales dans la rue de Rome contre 15 commerçants sondés qui estiment qu’il n’est pas nécessaire de faire appel à de nouvelles enseignes.

 

Le sentiment général est que l’arrivée de commerces Discounts, qui cassent leurs prix de façon abusive, a accentué la chute du C.A. de la plupart des commerçants.

 

Ils ne veulent plus de commerces qui pratiquent des prix Discounts ou qui vendent des produits chinois car ces commerces sont accusés d'avoir largement contribués à la précarisation de la rue de Rome.

 

L’implantation de commerces Discounts, issus de la Porte d’Aix (Camille Pelletan), qui proposent des produits à très bas prix a accéléré le départ d’un grand nombre de commerces traditionnels qui ne pouvaient plus faire face à cette concurrence déloyale.

 

Pour donner un ordre d’idée de cette concurrence déloyale, un commerçant qui vend une paire de chaussure entre 50 et 120 Euros doit faire face à un commerçant qui propose trois paires de chaussures à 10 Euros.

 

Il est donc naturel que les premiers demandeurs qui souhaitent une revalorisation de la rue de Rome soient ceux-là mêmes qui subissent de plein fouet le commerce Discount. 

 

 

ENTRE ABSENCE DE CONCERTATION ET DESIR DE PARTICIPATION

 

 

Question : Avez-vous été informé du projet du tracé du Tramway dans la rue de Rome ?

 

51 commerçants sondés ont été informés du projet du tracé du Tramway dans la rue de Rome contre 27 qui n’ont pas eu accès à l’information.

 

Une très grande majorité des 47 commerçants reconnaissent qu’ils sont confrontés à un grand nombre d’informations contradictoires.

 

La plupart des sondés disent avoir été informé de la fin du projet par voie de presse alors que les déclarations de certains élus sur la reprise des travaux sèment la confusion.

 

 

Question : Si « NON », pensez-vous que cela est lié à une absence ou un manque de sensibilisation de la part des pouvoirs publics ?

 

Sur les 31 commerçants sondés qui n’ont pas été informés du projet du tracé du Tramway, 28 pensent que les pouvoirs publics ne les associent pas du tout au projet à la différence de 3 commerçants qui disent que leurs méconnaissances du projet n’est pas lié à une absence de sensibilisation mais plutôt à un désintéressement.

 

La doléance la plus récurrente qui transpire de ce sondage, c'est le souhait pour les commerçants d'être associés à la concertation pour être fixés sur les avancées des discussions et les éventuels retards qui pourraient surgirent durant les travaux.

 

Certains des sondés accusent les pouvoirs publics d'avoir fait preuve de précipitation lors de l'installation des voies du Tramway qui ont engendré des complications importantes au niveau de la Canebière et de Cinq-Avenues. 

 

Tous partagent l’idée que l’absence de consultation en direction des commerçants et des habitants a été une des raisons du rejet du Tramway par une partie des marseillais. 

 

Dans l’éventualité de la mise en place d’une réunion d’information, les commerçants souhaiteraient pouvoir s’exprimer pour donner leurs points de vue.

 

Lors des interviews, beaucoup de commerçants ont motivé leurs refus du Tramway en raison de cette absence de consultation.

 

 

ENTRE APPRÉHENSIONS ET PRAGMATISME

 

 

Question : Pensez-vous que la fermeture de la rue de Rome pour toute la durée des travaux (18 mois*) va nuire aux commerçants ?

 

 

80 des commerçants sondés appréhendent les travaux du Tramway contre 1 sondé qui pense que non et 1 commerçant qui n’a pas d’opinion sur la question.

 

La quasi-majorité des commerçants craint de voir son C.A chuter si les délais d’exécution des travaux ne sont pas réalisés dans des délais très courts.

 

Les comparaisons avec la rue de la République, la Canebière et Cinq-Avenues accompagnent souvent les argumentaires des commerçants.

 

Ils souhaitent des travaux de courtes durées (4 mois maximum), la possibilité de les voir s'effectuer par tranches et l’assurance de facilité le passage des usagers au niveau des commerces.

 

La problématique de la livraison pendant la durée des travaux et après la mise en service du Tramway est un des arguments forts contre le passage du Tramway dans la rue de Rome.

 

Une majorité des commerçants ne souhaite pas faire la réception de leurs marchandises dans la rue de la Palud qu'ils considèrent être très criminogène.

 

Il est paradoxal de constater que plusieurs commerçants qui ne souhaitent pas de travaux devant leurs commerces restent très attachés à l'idée de voir le Tramway circuler dans la rue de Rome. 

 

* Les délais des travaux (18 mois) sont basés sur les affirmations du maire de secteur, P. MENNUCCI, lors de la séance plénière de la communauté Urbaine en date du 13 octobre 2008.

 

 

Question : Pensez-vous que les petits commerces de proximité résisteront à l’impact d’une telle fermeture ?

 

 

8 commerçants sondés pensent que les commerces de proximités absorberont les effets négatifs des travaux contre 71 commerçants qui appréhendent les conséquences engendrées par ces travaux.

 

3 commerçants n’ont pas d’avis à donner sur la question.

 

Il est impératif de faire le distinguo entre franchisés et indépendants qui sont antagoniste sur cette question des travaux.

 

Pour les franchises, il sera plus « facile de supporter les affres des travaux alors que les commerces indépendants pensent qu'ils mettront la « clef sous la porte ».

 

Un autre paradoxe de ce sondage est symbolisé par la position du magasin « La Grande Récré » qui estime pouvoir bénéficier de l'aide du national pour pallier les difficultés liées aux travaux mais a voté contre le Tramway pour marquer sa solidarité envers les petits commerces qui risqueraient de se retrouver sur la paille.

 

 

Question : Si vous étiez consultés sur le tracé du Tramway, seriez-vous favorable à son passage dans la rue de Rome ?

 

 

Si le principe de la majorité devait faire Loi, ce serait le NON qui l'emporterait de façon évidente.

 

57 commerçants interviewés refusent de cautionner le passage du Tramway dans la rue de Rome contre 20 qui y sont favorables.

 

On peut observer que 5 commerçants n'ont pas voulu s'exprimer sur le sujet car ils ne se sentent pas ou peu concernés par le Tramway.

 

Nous avons observé que les partisans du OUI  ont unanimement voté contre les travaux (voir question n°6) qu'ils considèrent comme potentiellement nuisibles pour les commerces.

 

À leurs yeux, il n'y a aucune contradiction entre les deux choix puisque les partisans du OUI considèrent que Marseille, comme toutes les villes de France, doit être dotée du Tramway.

 

Considérant que c'est une des vitrines de la ville et que cela pourrait modifier le profil sociologique des consommateurs, ils revendiquent le droit de voir le Tramway desservir la rue de Rome.

 

Mais en même temps, ils considèrent que le tribu à payer ne doit pas être élevé. Embellir la ville d'accord mais pas à n'importe quel prix selon eux.

 

Contrairement aux partisans du OUI, ceux du NON ont des revendications polyformes qui varient selon les secteurs de la rue de Rome.

 

Il y a les « catégoriques » qui ne souhaitent pas du tout le Tramway à la rue de Rome et qui forme un des blocs les plus importants de l'opposition au projet.

 

Il y a ceux qui considèrent que les « parodies » de consultations qu'ils ont connues par le passé ont contribué à forger leurs opinions négatives.

 

Il y a ceux qui pensent que les 900 millions d'Euros d'investissements pour la mise en place de la troisième ligne « Noailles- 4 Septembre » vont participer au surendettement de la ville pour plusieurs décennies.

 

Il y a ceux qui souhaitent voir les budgets communautaires consacrés à la redynamisation et à l'animation de la rue de Rome plutot qu'engloutis dans un projet pharamineux de faible portée..

 

Ils dénoncent entre autre la recrudescence des accidents impliquant des bus et des véhicules, le manque d'éclairages, les bus surchargés entre 17h30 et 20h, la dégradation de l'accueil du client aux heures d'hivers qui se sent en insécurité la nuit tombée, l'absence de signalisations et d'interventions sur les odeurs nauséabondes produites par le réseau d'assainissement, les défaillances au niveau de la voirie et les verbalisations des véhicules de livraisons de leurs fournisseurs.

 

Pour les commerçants, ce ne sont pas des épiphénomènes mais une véritable dégradation de la qualité du cadre de vie qui s'opère sur la rue de Rome.

 

Il y a ceux qui revendiquent un arrêt intermédiaire au milieu de la rue de Rome pour ne pas reproduire « l’incompréhensible» situation de la Canebière où aucun arrêt n'a été prévu entre la station Alcazar et la station Garibaldi.

 

Un départ direct « Canebière / Préfecture » provoquerait une levée de boucliers y compris parmi ceux qui ont votés pour le OUI.

 

Dans le même esprit, une grande majorité des commerçants espèrent l'installation d'une station de Tramway près de l'enseigne C&A sur la Canebière. Selon leurs dires, un tel arrêt devrait faciliter la venue de la clientèle et remédier à la disparition d'une population de consommateurs fébriles à l'idée de traverser tout Belsunce ou la Canebière pour effectuer ses achats à la rue de Rome. 

 

CONCLUSION

 

À la lumière de ce sondage, il est clairement établi que la question du Tramway dans la rue de Rome est complexe et qu'elle nécessite une totale transparence dans les décisions à prendre.

 

La nécessité de mettre en place une cellule de travail pouvant associer les commerçants se fait criante au gré des interviews et il serait dommageable de ne pas prendre en considération ce paramètre.

Une volonté commune de travailler de concert avec la Communauté Urbaine émerge du sondage tendant à prouver que la question du Tramway ne peut-être dissociée de celle de la démocratie participative locale.

 

En retraçant le film de nos discussions auprès des commerçants, nous constatons un véritable engouement pour tout ce qui a trait au Tramway mais aussi pour tout ce qui concerne l'amélioration de la qualité du cadre de vie dans la rue de Rome.

 

Les commerçants veulent êtres conviés aux réunions, se sentir écouter mais surtout se sentir entendus par les collectivités locales qu'ils accusent parfois de bercer dans la démagogie et les effets d'annonces.

 

D'aprés notre sentiment, la priorité première pour nos collectivités serait de créer une synergie entre les grandes artères du centre-ville (Canebière, St Ferréol et rue de Rome) pour une meilleure requalification de l'Hyper centre et pour favoriser une redynamisation économique des zones à grandes fréquentations. 

 

La hantise de voir se paupériser un peu plus le centre-ville et de voir un des poumons économiques de Marseille s'éssoufler en raison d'un abandon institutionnel sont les deux grandes lignes qui se dégagent de ce sondage.

 

Cette enquéte est basée sur des investigations de proximité auprès des acteurs économiques de la rue de Rome et a impliqué des dizaines d'heures de discussions pour finaliser cette base de données.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CONSULTATION GÉNÉRALE *

 

TRACÉ DU TRAMWAY

 

RUE DE ROME

 

 

 

 

 

QUESTIONS

 

OUI

 

NON

 

 

SANS OPINIONS

 

Pensez-vous que le taux de fréquentation est en hausse dans la rue de Rome ?

 

 

27

 

50

 

5

 

Constatez-vous un manque d’attractivité commerciale ?

 

 

67

 

15

 

 

Serait-il important de favoriser l’implantation de nouvelles enseignes commerciales dans la rue de Rome ?

 

 

67

 

15

 

 

Avez-vous été informé du projet du tracé du Tramway dans la rue de Rome ?

 

 

51

 

31

 

 

Si « NON », pensez-vous que cela est lié à une absence ou un manque de sensibilisation de la part des pouvoirs publics ?

 

 

28

 

3

 

 

Pensez-vous que la fermeture de la rue de Rome pour toute la durée des travaux (18 mois) va nuire aux commerçants ?

 

 

80

 

1

 

1

 

Pensez-vous que les petits commerces de proximité résisteront à l’impact d’une telle fermeture ?

 

 

8

 

71

 

3

 

Si vous étiez consultés sur le tracé du Tramway, seriez-vous favorable à son passage dans la rue de Rome ?

 

 

20

 

57

 

5

 

 

Nom de l’Enseigne :                                                                             Signature :

 

Nom du Responsable :

 

 

//

30/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres