Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

Visite sur site et proximité avec les citoyens

COMPTE-RENDU VISITE SUR SECTEUR DU 06 DECEMBRE 2008

 

 

Invités présents

 

ü        Monsieur ASIA (Responsable Direct° de la Propreté Urbaine)

ü        Monsieur FERCHICHI (Direct° du Traitement des Déchets – MPM -)

ü        Monsieur FISCHER ( Direct° de la Propreté Urbaine)

ü        Monsieur DE SALVO ( Agent de Maîtrise Sté ISS)

ü        Monsieur AUDOIN ( Chef d'Agence Sté ISS)

ü        Monsieur CHARLY (Gérant du bar « Les Docks »)

ü        Madame CIAMPOLTRINI (Présidente CIQ Belsunce / Centre Bourse)

ü        Monsieur REBOUL ( Président CIQ St-Charles)

ü        Monsieur BOUALEM (Délégué Communautaire en charge du Comité De Suivi de Belsunce)

ü        Monsieur DJELLIL ( Collaborateur de M. BOUALEM et Co-organisateur du Comité de Suivi)

ü        Madame TOMI, Responsable Hôtel Mercure Euro-Centre

ü        Monsieur DAMECHE, Gérant Hôtel Ste-Marie – Cours Belsunce

ü      Monsieur & Madame AZER, Gérants du Snack « Le Prince » - Cours Belsunce

Ø       Madame et Monsieur DINITTO (Habitants)

Ø       Monsieur et Madame REBATI (Habitants)

Ø       Madame SOUFFRIN (Habitante - CIQ Belsunce)

Ø       Monsieur LIAUSSOU ( Vice-Pdt CIQ Belsunce / Centre-Bourse)

Ø       Monsieur ISKANDAR Maher (Concierge Bat. A – Square Belsunce)

Ø       Monsieur  MOHAMMED Moussa (Concierge Bat. 8 – Square Belsunce)

Ø       Madame MAMI, Gérante boutique CADOCOLBERT – Rue Colbert –

Ø       Monsieur POUGET (Habitant – CIQ Belsunce et « animateur de débats »)

Invités excusés

Ø       Monsieur FLEURY, Directeur Technique du Centre Bourse

Ø       Docteur HERBAULT – Cabinet Médical Rue National

Ø       Madame RACHIDA – Boucherie Rue National

Invités absents

Ø      Monsieur MENNUCCI, Maire de Secteur

Ø      Monsieur PAYRE (Président CIQ Belsunce / Dugommier)

Ø      Monsieur ANDRE GILLES (CIQ Belsunce / Dugommier)

Ø       Monsieur GARGUILO (Collaborateur de Jean-Claude GAUDIN et ancien adjoint au Maire chargé de la Propreté)

Ø       La Brasserie « L'Alcazar »

Ø       La Pâtisserie « Les Délices »

Ø       Monsieur TROUILLET - Tabac « Le Celtique »

                      

Madame, Monsieur,

            Je ne pourrais commencer ce compte-rendu sans remercier chaleureusement Monsieur & Madame AZER, Gérants du Snack « Le Prince » pour nous avoir offert un instant de convivialité dans leur établissement.

Je sais que mon sentiment est partagé par l'ensemble des convives présents

Je tenais aussi à remercier les personnels de la Communauté Urbaine – MPM – et de la société ISS qui nous ont fait l'honneur de participer à cette visite, durant leurs temps de repos, en faisant preuve d'une écoute attentive et professionnelle auprès des habitants et des commerçants.

Ainsi que l'ensemble des participants qui ont souhaité apporter leurs contributions à cette action malgré les charges familiales et professionnelles qui leur incombent.

Je salue humblement votre présence et votre participation qui ont permis d'enrichir les discussions et faciliter le travail de collecte de renseignements sur le terrain.  

Je pense aussi à la dizaine de personnes que je n'ai pas pu rajouter à la liste des invités présents mais qui de 10h à 12h30 nous ont accompagnés tout le long du parcours.  

INTRODUCTION

Depuis que j'ai hérité de la gestion du Comité de Suivi de la Propreté du secteur Belsunce, il m'est apparu évident que le besoin d'écoute et d'attention de nos concitoyens était très fort sur le secteur.

La propreté étant une des questions centrales pour l'amélioration de la qualité du cadre de vie tout comme pour le développement d'une économie locale, déjà exengue et victime d'une désertification économique avancée.

Malgré ce contexte, le constat est donc plutôt positif puisque nous sommes arrivés à un stade où le dialogue est fluide et où une synergie nouvelle fait son apparition entre les habitants, les collectivités locales et les acteurs économiques de Belsunce.

En effet, nous étions confrontés à deux situations paradoxales qui ne pouvaient plus continuer et qui ont largement contribué à la dégradation des conditions de vie de notre secteur.

Nos concitoyens ont toujours été dans une situation d'attente, c'est-à-dire dans l'espoir de voir se concrétiser leurs aspirations pour l'embellissement et le renouveau de la ville.

Or, il est impératif que nos concitoyens sortent de ce système « attentiste » pour devenir les acteurs du changement en participant à la mise en application des changements attendus.

Le second paradoxe concerne les organisations représentatives (CIQ pour les habitants) et des acteurs économiques (Associat° de commerçants) qui ont toujours tenu un simple rôle de consultation.

Depuis des années, ces organisations ont portées les attentes et les inquiétudes de nos concitoyens auprès de nos institutions sans jamais les voire traitées de façon pérenne.

Aujourd'hui, je ne souhaite plus que ces organisations soient les « consultants » de nos institutions mais qu'un véritable contrat d'association soit contracté entre ces représentations citoyennes et les collectivités.

Vous associer aux projets permettra un gain de temps important, l'instauration d'une concertation locale réelle  et un gain financier non négligeable pour nos collectivités.

Être associé veut dire ne plus voir de projets contestés dès lors où ces organisations pourront assister à leurs mises en oeuvre, cela signifie aussi un gain de temps grâce à une circulation plus rapide de l'information et un gain financier puisque la concertation permettra d'éviter les travaux de «colmatages » sans lendemain et une meilleure répartition des moyens pour répondre aux besoins des marseillais.

Je pense que le Comité de Suivi va, sur le long terme, permettre de ne plus connaître ces paradoxes et qu'il produira des avancées considérables en termes de concertation et démocratie locale. 

 
LA VISITE SUR SECTEUR

Après avoir copieusement savouré le petit-déjeuner offert par le restaurant « Le Snack », nous nous sommes rendu au niveau du Square Belsunce pour prendre connaissance des problématiques de ce lieu.

Les inévitables et incontournables pissotières sauvages qui défigurent littéralement les abords du Centre-Bourse et qui, comme à l'accoutumé, sont accompagnées de leurs cortéges de désagréments (odeurs nauséabondes, urine ruisselant jusqu'aux voies de passages...).

Les responsables de la Société ISS ( DE SALVO et AUDOIN) nous rappellent leurs difficultés à régler ce problème par le fait que l'utilisation de certains produits reste prohibée (grésile, répulsifs….) ou strictement réglementée.

Les quelques produits utilisés n'ont une capacité odorante que de quelques heures ce qui ne permet pas de réduire les effets nuisibles de ces lieux de façon efficace.

Ils nous proposent, gracieusement, d'accentuer un peu plus leurs interventions dans ces endroits, mais qui ne sera qu'un palliatif de court et moyen terme.

Monsieur FISCHER insiste sur le fait que les parties à traiter sont sur un foncier privé et qu'il serait plutôt du ressort des véritables gestionnaires de prendre en main ce dossier même si il crédite la proposition d'ISS d'intervenir sur le site.

En tant qu'élu en charge du Comité de Suivi, j'ai donc proposé de mettre en place une réunion réunissant Monsieur SAN MARCO, Président de Marseille Aménagement, le Directeur du C.C. Centre-Bourse, les intervenants de la Communauté Urbaine et les élus des deux mairies (Secteur / Centrale) pour régler définitivement un problème qui pollue la vie des habitants depuis 18 ans.

Madame CIAMPOLTRINI Présidente CIQ Belsunce / Centre Bourse m'a demandée d'intervenir pour faire effectuer le retrait d'énormes tags qui recouvrent les surfaces des abords du centre commercial.

Nous nous sommes rendu dans la rue Bir-Hakeim où les riverains nous ont interpellés sur les conditions d'installation du poste fixe (conteneurs).

En effet, la configuration des lieux ne permet pas aux cantonniers de travailler correctement puisque le retrait des conteneurs s'effectue du côté rue malgré un accès aux conteneurs entraver par les bus.

Monsieur FERCHICHI note les anomalies constatées et propose d'y remédier rapidement :

u      Changement de positionnement du poste fixe ;

u      Scellement des Bornes fixes ;

u      Rajout d'un conteneur supplémentaire après le vol du second conteneur ;

u      Inversement des bornes d'arrêts ;

u      Arsaut supplémentaire fixe ;

u      Installation de corbeilles urbaines au niveau des arrêts de bus ;

u      Mise en place de colonnes de points d'apport volontaire (colonnes de tris sélectifs) en concertation avec le CIQ Belsunce /Centre Bourse ;

u      Mise en place d'un nouveau système de freinage (HS en raison de vandalisme)...

Nous avons rejoint la Rue des Augustins où Madame PIU, gérante du Tabac « Le Lysia » et la responsable de la bijouterie MILORD nous ont fait part des difficultés auxquelles elles étaient confrontées.

Un conteneur poubelle dégradé et largement saturé par l'incivisme de certains commerçants, des particuliers qui ne peuvent plus utiliser leur conteneur, des coulées d'urines contre les façades, des SDF titubants ivres morts, des déchets alimentaires qui facilitent la prolifération de rongeurs et la fixation de la saleté au niveau de la ruelle.

Messieurs DE SALVO et AUDOIN de la Sté ISS prennent en compte les difficultés des commerçantes et s'engagent à intervenir dans les plus brefs délais pour éradiquer ces nuisances.

Monsieur FISCHER s'engage à son tour à garantir le retrait de ce conteneur et à réfléchir à une manière plus souple d'assurer la collecte des déchets sans que cela soit préjudiciable pour la propreté de la rue.

Les membres de la Sté ISS et de MPM se coordonnent pour répondre rapidement aux doléances des commerçantes.

Le groupe s'est alors dirigé au niveau de la rue reine Elisabeth où les rats sont anormalement concentrés  le long de la clôture côté Parking souterrain.

Le gérant du « Massilia Café » nous informe qu'il n'a pas de conteneur pour ses déchets et nous indique que sa terrasse et les vitrines de son établissement sont souvent souillées par les projections de terre provoqués par le passage du véhicule de nettoyage.  

La Sté ISS et les responsables de MPM proposent au gérant de reprendre contact ensemble pour réfléchir à une révision des fréquences de passages pour ne plus engendrer ces désagréments.

Nous nous sommes rendu Rue Fiocca où de très gros encombrants étaient déposés sur la voie et où les travaux de réhabilitation engendraient des poussières salissantes qui défiguraient le visage de la rue.

La Sté ISS s'est dit prête à employer d'importants moyens pour tenter de réduire la fixation de ce type de pollution sur l'ensemble du secteur.

En nous rendons dans la Rue Colbert, nous avons constatés que de magnifiques plots en béton de séparations au niveau de l'église de la rue des Prêcheurs avaient été vandalisés et que des conducteurs peu scrupuleux s'étaient engouffrés dans la « brèche » pour se stationner illégalement devant les marches de l'église.

La responsable du magasin CADOCOLBERT, Madame MAMI, a sollicitée les techniciens de MPM pour trouver des solutions à ses problèmes d'inondations, d'infiltrations d'eau , d'absence de tri par les riverains et des rats.

La bouche du collecteur d'eau usagée est complètement engorgée par du goudron ce qui limite largement la fluidité des eaux lors d'intempéries ou des écoulements d'eau provoqués par les cantonniers.

Messieurs FERCHICHI et FISCHER pensent pouvoir répondre rapidement aux demandes de Madame MAMI tout en précisant que les services de la voirie doivent être saisi pour intervenir sur la bouche d'égout.

Les responsables de MPM profitent de l'occasion pour établir des petits rappels à l'ordre en direction de certains commerçants qui ne respectent pas les règles de collecte et de sortie des déchets.

Ils proposent l'implantation d'une zone de dépôt des cartons (arsauts) pour que les conteneurs particuliers ne soient plus saturés tôt le matin par d'innombrables cartons.

Madame TOMI, responsable à l'Hôtel Mercure, nous présente ses doléances concernant le périmètre et les abords de l'hôtel.

è      Réparation de deux colonnes de points d'apport volontaire complètement éventrées par des vandales ; 

è      Retrait de plaques de bétons descellaient au niveau de l'hôtel ;

è      Passages plus accrues de la part du personnel de la Sté ISS ;

è      Augmentation de la capacité de luminosité des éclairages…

Là encore les personnels de la Sté ISS et de MPM ont pu confronter leurs idées et mettre en place une feuille de route pour ce secteur limitrophe au Centre-Bourse et à l'hôtel Mercure.

J'ai demandé aux responsables de la Sté ISS de nettoyer la plaque commémorative qui se trouve sur la place MIRREUR qui est compétemment recouverte par diverses souillures.

Le gérant de la Brasserie « L'Alcazar » nous fait part de ses attentes en termes de nettoiement et espère que le Comité pourra améliorer voire embellir le secteur.

Les responsables de MPM se rendent au magasin CHROM pour signifier au responsable du magasin que les corbeilles urbaines ne sont pas faites pour accueillir les emballages de chaussures.

Après plusieurs minutes de discussions, le responsable s'engage à ne plus utiliser la corbeille urbaine pour le plus grand plaisir des riverains qui voyaient parfois s'amonceler de nombreux cartons autours des pylônes de béton des Tours.

Monsieur MALKA, responsable du magasin SQUARE, nous fait part de son ras-le-bol face à l'anarchique situation qui prédomine sur le Square Belsunce concernant le stationnement sauvage.

Il a dû entraver le passage des véhicules avec deux scooters, des conteneurs poubelles, des palettes de bois mais rien n'y fait car il se sont complètement désarmé devant la détermination de certains conducteurs.

Reconnaissant une présence de la police municipale en semaine, il est surpris de voir que le plus gros jours d'affluence de la semaine (samedi) les effectifs de police municipale sont invisibles.

Madame CIAMPOLTRINI, présidente du CIQ Belsunce / Centre-Bourse, est dépité en apercevant le SDF qui squatte le parking souterrain sortir au grand jour tous ses détritus et cartons.

Les jardinières sont complètement envahies par les encombrants du SDF qui avait dû faire l'objet d'une remontrance de la part du gardien du parking.

Le sujet est délicat puisque, comme le rappelle si justement Monsieur FISCHER, une partie de ces objets sont considérés comme des effets personnels.

Les membres de la Sté ISS ont déjà connu des démêlés avec ce monsieur puisqu'il s'était « violement » opposés à la récupération de ses encombrants.

Je propose, à l'instar des pissotiéres sauvages, une concertation avec le Maire de secteur, le SAMU SOCIAL, le CIQ, les gestionnaires du parking et les intervenants sociaux pour résoudre ce problème.

Les responsables d'ISS et de MPM soulignent qu'ils ne pourrait intervenir que sur un ordre de réquisition ou une demande officielle émanant des deux mairies ainsi qu'un accompagnement policier.

Monsieur ASIA souhaite que l'élu centralise les demandes et les besoins du secteur pour éviter de trop s'éparpiller ou que les services soient noyés sous un flot de réclamations.

Il souhaite que toute directive ou intervention fasse l'objet d'un accord de la part du Maire de Secteur ou du Maire de Marseille pour éviter les décisions unilatérales.

Je lui ai donc retracé le fonctionnement du Comité de Suivi qui est sous l'autorité directe de la Communauté Urbaine mais imbriqué dans un partenariat avec la Mairie de Marseille et la Mairie de Secteur.

Je lui propose de renouveler ce type de visite tous les trimestres pour faire le point des taches effectuées et des éventuelles améliorations a apporter sur le secteur.

Pour renforcer le dispositif, nous proposons des visites conjointes entre cantonniers et membres du Comité de Suivi dès le printemps pour une meilleure sensibilisation des défaillances.

Cette démarche n'est aucunement un moyen de surveillance ou une contrainte imposée par les habitants mais une méthode pertinente de connaître le métier de cantonnier et de connaître les aléas de ce métier dans un but de revalorisation des personnels de MPM.

CONCLUSION

La vocation première du Comité de Suivi est d'essayer de répondre de façon pragmatique, concertée et pérenne à cette épineuse question de malpropreté qui dévalorise et dégrade notre centre-ville.

La seconde vocation du Comité de Suivi est de porter les dynamismes et les synergies nécessaires pour pousser notre ville vers le haut et favoriser son embellissement.

Pourtant, dans une société où l'individualisme et l'égoïsme sont poussés à l'extrême, je ne peux que me féliciter de voir que des citoyens s'impliquent et s'engagent pour leur ville.

Le Comité de Suivi est une entité avec un cadre institutionnel mais ce qui forge son âme et sa substance, c'est d'abord la volonté commune de nos concitoyens et de nos collectivités de se retrouver autour de thématiques centrales et d'oeuvrer pour la résolution des problématiques qui freinent le développement de notre ville.

Notre secteur accumule les handicapes entre paupérisation de certaines populations, une malpropreté quasi-omniprésente et une dégradation sécuritaire inquiétante mais j'ai espoir qu'enfin nos concitoyens puissent trouver par l'entremise du Comité de Suivi l'outil nécessaire pour les changements.

Je renouvelle mes remerciements à tous ceux qui nous ont accordé leur confiance, qui participent au Comité de Suivi et qui donnent de leur temps pour notre ville.

                                                                        Omar DJELLIL                                                                              

                                                                                                           


30/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres