Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

Fraternité Populaire & Patriotisme de Combat

marseillepopulaire.jpg
 

Redonner envie de construire un avenir collectivement, à partir de valeurs partagées, c'est l'enjeu d'une société civile moderne. C'est pourquoi la société civile doit se définir, indépendamment des partis politiques et indépendamment des forces du marché.

 

Or, face aux graves crises qui menacent l'économie mondiale et la stabilité de notre pays, la société civile est aujourd'hui impuissante. Face à l'emballement du pouvoir économique et à la déliquescence du pouvoir politique, la société civile n'arrive plus à élaborer ni définir les valeurs de la société.

 

Malheureusement, la ville de Marseille est touchée de plein fouet par la faillite économique et politique, ce qui a rendu les citoyens spectateurs passifs des décisions qui concernent leur propre devenir.

 

La faillite économique, un mal profond qui ravage des milliers de foyers, a fait de la deuxième ville de France, une espèce de laboratoire de la précarité. Des collectivités territoriales sur-endettées qui sont impuissantes à répondre aux attentes des marseillais alors que la récession guette. Dans le 3ème arrondissement, la pauvreté frôle les 57 % et dans le 2ème arrondissement la situation est aussi dramatique avec 44% de pauvres. Les deux arrondissements sont devenus les plus pauvres de France.

 

Un pouvoir d'achat en berne qui se répercute sur le panier de consommation des marseillais et qui aboutira inévitablement à une sur-paupérisation des habitants.

 

Une désertification économique de l'Hyper-Centre qui se greffe à une absence de volonté d'installation des entreprises et des investisseurs sur les 2/3 qui va dangereusement tirer la ville vers le bas.

 

La faillite politique est le résultat de la mort annoncée et du déclin de nos élites politiques qui restent plus soucieuses de leurs mandats que des préoccupations quotidiennes de nos concitoyens.

 

L'absence d'écoute et le refus de prendre en charge les problématiques (insalubrité publique, insécurité, fracture sociale, économie locale) qui frappent nos populations sont les véritables raisons du divorce entre le citoyen et le politique.

 

En prenant en compte l'ensemble de ces paramètres, j'ai décidé d'agir sans relâche, au niveau local, pour fédérer et rapprocher les acteurs pour s'organiser autour de la définition des valeurs de solidarité et de justice sociale.

 

Nous pensons que les acteurs de la société civile doivent chercher à transformer en force et en ressource, le dynamisme de leur engagement social. La société civile doit avancer vers un avenir acceptable pour tous, avec les meilleures chances d'un respect durable des personnes et de l'environnement.

 

Mon engagement est aussi une réponse, comme il en existe d'autres, pour que la société civile prenne conscience du fait qu'elle dispose d'un pouvoir propre. La synergie émanant de cet objectif pourra faire reconnaître l'existence d'une société civile capable de s'organiser, de proposer et de participer à la vie de la cité.

 

Mes actions politiques sont d'abord d'initiatives populaires et mise au service du partage des valeurs qui peuvent garantir un avenir acceptable pour tous les citoyens nés et à naître. Il est temps que nous définissions avec les populations un véritable plan Marshall pour relancer une dynamique économique créatrice d'emplois et pour redonner à la politique ses lettres de noblesses face à l'explosion de la corruption et du clientélisme.

 

Pour la présidence : Omar Djellil...